L’échec plus que tardif du (Lyr)Inktober.

Bonjour toi,

A ce stade, autant ne plus faire d’article sur l’Inktober, tu dois te dire. Je dois t’avouer que j’ai hésité, notamment parce qu’en grande partie, je ne suis pas super satisfaite de ce que j’ai produis lors de ce challenge.
Mais au lieu de voir le verre à moitié vide et de me dire que c’était vraiment pas folichon, ce que j’ai fichu, et qu’en plus, j’ai fais « que » 24 dessins sur les 31 prévus, j’ai pris l’optique inverse : franchement, c’est mieux que rien, et je m’attendais pas à dépasser la moitié, et même si beaucoup de réalisations sont vraiment maladroites, ça a été un moment où j’ai pu exploiter d’autres styles, et employer différemment l’encre.

J’avais pour l’occasion de ce challenge prévu plusieurs brouillons en avance parce que je savais très bien que je ne pourrais, au jour le jour, faire un crayonné + l’encrage en sachant le temps que je suis capable de passée sur un dessin. Et franchement, si je retente l’inktober l’année prochaine, je réutiliserai la même méthode, parce que ça m’a bien sauvée la mise quand même. Y’a toujours des jours où de toute manière, on arrive devant sa feuille et on fait « meh, j’ai pas envie ».

D’ailleurs, j’ai eu un peu de mal avec le principe de ce défi même si dans le fond, le motif ne peut qu’être pratique : celui d’essayer de dessiner tous les jours. Et même si c’est quelque chose que je fais déjà, à quelques exceptions près, ce n’était vraiment pas le même sentiment, parce que là il fallait forcément avoir produit à la fin de la journée… Et j’ai eu beaucoup de mal avec cette idée qui pousse juste à la production, et presque plus à la qualité. Alors chacun mène son challenge comme il entend, et j’imagine que ce qui m’a compliqué la tâche était assurément de publier tous les jours sur instagram, chose que j’ai détesté faire juste pour être « inscrite dans le challenge ». Enfin, ce n’est pas partagé pendant cette émulsion que je n’ai pas aimé mais m’en sentir obligée et de devoir faire ça quotidiennement. (qu’est-ce que c’est chronophage cette histoire, et quelle plaie)
Finalement ça allait dans des positionnements qui ne me conviennent absolument plus : poster en permanence alors que je suis davantage pour le slow blogging et tout ce qui s’y apparente, cette consommation numérique sans fin (même si je reconnais totalement mon penchant pour instagram que j’utilise trop), la productivité à la chaîne. Enfin bref, je crois que vous saisissez tout ce qui a bloqué, en plus de la qualité de mes dessins. Et finalement, y’a aussi ça que j’ai préféré dans le Nano : ça restait plus secret parce que je ne pouvais pas partager tout ce que j’écrivais, et c’était assurément un challenge pour moi et pas un challenge pour être avant tout montré. Ce qui, on va pas se le cacher, m’a rajouté une pression inutile.
Moi qui m’exerce principalement au portrait, l’Inktober s’est révélé mon ennemi pour le coup, il n’y en a qu’un qui me satisfait. (et c’est la parodie de Trump… En plus… ) Alors que j’apprécie les dégradés et nuances, là il m’a fallut opté pour les hachures, une technique que je n’ai pas encore. Il y a bien le « ink wash », donc les dégradés d’encre, pour faire les ombres etc, mais déjà j’avais un papier trop fin et de qualité assez.. moyenne, puis ça non plus, je ne le maîtrise aucunement, encore moins que les hachures je crois bien.

Dans ce que je vous montre juste après, quelques uns n’ont même pas été publié sur instagram donc c’est enfin une opportunité du signe qui l’emporte sur la rapidité du réseau ! Miracle !

Je pense que je peux limiter mes préférés à ces dessins suivants. J’ai surtout adoré utilisé les aplats d’encre, ça c’est quelque chose que je ne quitte pas, avec le drawing gum qui me permet ces blancs, notamment pour le texte pour l’illustration de la chanson Bully de Shinedown. (D’ailleurs, le groupe avait aimé le dessin sur insta, et ça avait fait ma joie, voilà pour l’anecdote.)


Je serais très curieuse de découvrir quels sont tes dessins préférés parmi ceux que j’ai réalisé ! Je pense d’ailleurs refaire celui de Marina (avec la chanson Savages) en plus grand, et revendre la plupart, sauf les plus mals réalisés. Les prix seront totalement libres, et à défaut de savoir comment faire en les mettant dans la boutique, ce sera plus via cet article, via les réseaux, ou encore en main propre si je viens à faire des expo / marchés durant 2020, donc n’hésite pas s’il y en a un qui te tape dans l’oeil !

N’oublies pas : tu peux toujours me soutenir gratuitement à l’aide de quelques pubs visionnées sur uTip, juste ici. Mets ça en fond pendant que tu fais autre chose pour ne pas « perdre ton temps » devant des pubs. Ca rapporte pas grand chose, mais c’est déjà quelques centimes par-ci par-là qui peuvent aider. Merci d’avance !

4 Replies to “L’échec plus que tardif du (Lyr)Inktober.”

  1. Je n’avais pas vu cet article ! Il m’avait échappé, pourtant on en a parlé ! En tout cas, je te l’ai déjà dit, mais peu importe le nombre, je trouve que c’est déjà bien d’avoir participé à ta manière, surtout qu’apparemment tu as tendance à passer un certain temps sur chaque dessin. J’avoue que les challenges qui priment sur la rapidité ne sont pas franchement mes préférés non plus : des fois, ça peut être motivant et stimulant, mais j’aime bien faire les choses quand j’en ai envie, je dois dire…
    En tout cas, certains dessins sont très beaux ! Dommage qu’on ne puisse pas agrandir les six que tu as mis à part (du coup, je suis allée les regarder sur Instagram), mais je pense que mes préférés se trouvent aussi parmi ceux-là. Certains sont vraiment très forts et évocateurs. Alors même si tout n’est pas impeccable en effet, je suis totalement admirative ! (Mais venant de quelqu’un qui ne peut pas faire un rond sans modèle (j’exagère peut-être un peu), ça ne vaut pas grand-chose.)

    1. Ne t’en fais pas ! J’ai mis tellement de temps à le sortir aussi !
      C’est drôle d’ailleurs que je réponde à ton commentaire à ce sujet aujourd’hui, parce que j’ai fais un rêve hyper bizarre où d’un coup on était le premier jour d’octobre et je me disais « merde j’ai pas de liste pour l’Inktober de cette année, je fais quoi ? » haha, vois mon cerveau détraqué.
      C’est vrai que je ne suis pas la plus rapide du monde, donc c’est très contraignant… Je te rejoins, je fonctionne beaucoup à l’envie, disons que me forcer n’a jamais vraiment eu d’effet positif, même l’inverse, donc ce genre de challenge est assez restrictif par rapport à ce qu’on désire vraiment.
      Merci beaucoup ! Mince, on ne peut pas les agrandir ceux-là ? Zut alors, désolée !
      Arrête de minimiser ta parole, pour moi ça vaut beaucoup ! Ca me touche vraiment que tu prennes la peine de tout lire, de me soutenir, de me donner tes avis.

      1. Ahah, tu as tellement stressé ton cerveau avec cette histoire de délai, de rapidité, tout ça, qu’il n’arrive pas à s’en remettre, on dirait !
        Malgré tout, je trouve chouette que tu aies participé. C’est une expérience, ça t’a poussé à dessiner autrement et, même si tu réalises maintenant que cette façon de procéder n’est pas forcément ta tasse de thé, c’était intéressant !
        D’accord, j’arrête alors. 🙂

        1. Haha un peu oui, j’arrête pas de penser deadline au mois maintenant, gros gros oups. ^^’
          Oui c’était une expérience qui a pu m’apporter !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *